Galeiliante
Galeiliante

Le temps de la convalescence

J’ai tenu, tenu, et encore tenu. Envers et contre tout, tenir, ne rien lâcher pour ne pas mourir. Tenir, encore et encore. Le sol s’est dérobé sous mes pieds, il y a bien longtemps. Il s’est effrité, envolé, éparpillé comme la poussière inconstante du souvenir d’un morceau de bois déjà en cendre depuis longtemps. C’est à la force de mes bras, accrocher à une barre qui existe à peine que j’ai tenue au-dessus d’un vide sans fin, sans commencement.

Je sollicite officiellement l’univers pour de me laisser en paix. J’ai assez pris. J’ai assez encaissé, assez vécues de souffrances, d’épreuves, de blessures, de plaies, de brûlures. J’ai morflé suffisamment pour plusieurs vies passées, présente et à venir. Je veux vivre des problème humain, normaux, classique, surmontable. Je veux pouvoir vivre le luxe que le choix d’un achat dérisoire soit un problème et ne plus vivre avec des monstres tapis dans l’ombre de mon présent.

La réalité, c’est que cela 37 ans que je tiens. Et là ? Je ne peux plus. Je suis vidée de substance vitale, d’énergie, de capacité à faire. Je suis à sec. Je passe des heures perdues dans l’insignifiance du temps qui s’égrène. Je regarde un point fixe, le feu qui crépites, des vidéos qui s’enchaine sans même en comprendre le sens car déconnecté de ce flux visuel. Je suis dans un sas entre la vie et l’inexistence.

Actuellement, je ne ressens rien. Ni faim, ni fatigue, ni satiété, ni joie, ni tristesse, ni amour… Je suis déconnecté, en errance.  Il y a une clôture sans trou, sans fissure, sans espace, un obstacle au ressenti. Je suis passive.

C’est le temps de la convalescence.

Ressentir, c’est mourir sous un raz de marrée d’hormones qui sont prête à me submerger, à mettre mon corps à l’épreuve, a une épreuve qu’il ne peut simplement pas affronter. Alors rien ne déborde, aucune goute n’est plus autorisé à venir me submerger.

Je sais que la passivité, c’est le temps de la convalescence. Le corps à besoin de temps. Ma tête a contrôlé, mon corps demande de pouvoir se recueillir, panser ses plats, suturé ce qui doit l’être.

Hier, en séance d’ostéopathie, c’est ça qui fut entre autres posé : que c’est humain, normal et utile d’être dans cet état. Je dois donc prendre avec acceptation, accueil, bienveillance d’être vide, amorphe. Je suis dans un état torpide, hébété, veule. Et je dois faire avec cette vacuité.

C’est un temps qui sera long.

No more spoon, no more hero any more comme je le dis parfois.

Je suis dans état de stress post traumatique.

J’ai trop pris. Et survivre m’a couté beaucoup d’énergie mentale. Aujourd’hui, je dois vivre cette suspension pour tenter à la cicatrisation, que le corps prend enfin ce temps dont il a besoin

C’est difficile à rencontrer, admettre. Je ne m’accorde pas ce que je perçois comme un échec, je le subis. Je travaille à du mieux, de l’accueil que j’ai pour autrui a l’envisagé pour moi.

Articles similaires

Partagez ce billet

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Partager sur tumblr
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

décembre 2020
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Articles récents

Catégories

Étiquettes

Archives

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :