Galeiliante
Galeiliante

Monte le son

Quand nous vivions en appartement, je ne comprenais le voisinage. Je ne comprenais toujours pas les viols. Mais les violences, j’étais consciente que c’était hors limites.

C’était subtil. Ses pas sur le sol avaient une musicalité unique et je sentais mon monde s’effondrer. Il ne déposé pas le talon de la même façon. Son pied rencontré le sol dans un son brut, sans nuance.

Le son de la télé montait chez les voisins d’au-dessus. Il ne mettait pas des hurlements. Tout me semblait sourd, juste raisonné dans mon corps.

Puis, j’ai eu des voisins ici. J’ai entendu le corps d’un enfant s’écraser sur le mur.

Je n’ai pas monté le son, j’ai appelé la police. Appelez. C’est urgent. Toujours.

Articles similaires

Partagez ce billet

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Partager sur tumblr
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

décembre 2020
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Articles récents

Catégories

Étiquettes

Archives

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :