Silence, j'ai peur du noir

TW viols, violences, inceste, violences obstétricales, emprise et plus…trop…
Newsletter

Une Newsletter?

Je vous propose une newsletter. Les dimanches, je vais vous donner quelques nouvelles, un rappel des articles de la semaine. En fin de mois je ferais aussi un merci spécial au tiper. Peut-être qu’occasionnellement, je vous enverrai quelques infos en plus.  

Formulaire d'inscription

Galeiliante
Galeiliante

Des sensations en trop

Les viols ont une dimension de violence sensorielle.

Croiser les mots d’abus sensoriel m’a transpercé, cela m’a fait comprendre qu’il y avait de la violence sensorielle dans les viols. Dit comme cela, c’est de l’ordre de Capitaine Évidences et pourtant… Mes sens ont été surchargé, saturé à l’extrême

J’ai parlé récemment des odeurs, mais il y a le toucher aussi.

Plus de 20 ans après, je me souviens de la rugosité de ses mains, ses aspérités qui caressent, effleurent mon corps, de la taille de ses mains, de leur place qu’elle prenait sur mon cou. Il adoré passer la main sur mon cou en faisant penché ma tête vers la gauche. Je sentais cette possibilité du mouvement qui pendrais ma gorge tout entière dans ses mains.

J’ai 8 ans, je fais mes devoirs sur le bureau que pépé Erwin m’a fait. Mes mains serrent la planche de bois du pupitre avec force, crainte. En moi, la supplique s’installe « par pitié, pas aujourd’hui, pas maintenant. Je ne veux pas mourir. ». A 8 ans, comment être traversé par cette crainte qui a le gout rance d’une possibilité des plus réel. Je me souviens du laquage blanc, usé par le temps. C’est le bureau qui essaie de prendre toute la place dans mes sens pour que j’arrive à survivre aux sensations. Ma peau se rappel sa mains qui se dépose dans toute sa grandeur le pousse sur la nuque, l’index sur la trachée. Ils sont gros ses doigts et moi je peux casser en deux sous ses deux doigts si sa main décide de mettre un peu de force.

Pourtant ce jour-là, il ne veut pas me tuer. Il ne réfléchit même pas au geste, à sa portée. Il l’a déjà fait tellement souvent. Mais a chaque fois, je me dis que je peux casser en deux sous la pression puissante de cette main qui m’a fait tellement mal. Casser en deux. Ma tête tourne en boucle sur ses quelques mots. Sa puissance, ma fragilité, fébrilité. Je suis à sa merci physique et psychique.

Je me souviens tellement fraichement de sa main qui frappe avec de la force, de la puissance, de la violence de la sonorité… oui, sa main qui rencontre mes fesses pour ses temps SM ou juste bien me corriger (me défoncer le corps à coup de mains ou à l’aide de sa ceinture en cuire).

La violence sensorielle est celle qui a échappé tellement au radar, qui échappe encore beaucoup.

Ce que je trouve de plus violent dans se souvenir, juste en faisant appel à un cours moment des plus anecdotique, c’est que chaque détail de la chaleur de sa peau, de la pression, de l’écartement de ses doigts, de sa façon si particulière qu’il avait d’enlacer ma gorge est aussi palpable que ce jour-là.

Tout est frais, ça vient d’arriver en fait.

Je comprends pourquoi me laisser toucher et si dur si je perds le contrôle sur mes sens.
Des sensations en tropJe comprends pourquoi me laisser toucher et si dur si je perds le contrôle sur mes sens.

Articles similaires

Partagez ce billet

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Partager sur tumblr
Partager sur whatsapp

0 commentaire

Laisser un commentaire

janvier 2020
L M M J V S D
« Déc    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Archives
Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.
%d blogueurs aiment cette page :