IronAnne
IronAnne

L’eau qui n’a pas encore de sens

 Ce texte est écrit par une personne présentant entre autre une dyslexique et dysorthographiques. La forte charge émotionnelle de cette écriture aggrave l’expression des troubles dys* de ce fait orthographe, grammaire et syntaxe sont affectées par l’exercice testimonial ici partagé.

Il est volontaire de ne pas faire corriger les textes. Les troubles dys sont des handicaps. Et oui, parfois … c’est difficiles à lire. Mais cela n’invalide pas le propos. Merci de (re)lire la notice dys*.

Souvent, quand je partage des choses ici, c’est pensé, élaboré, réfléchis. Mais je n’ai pas encore le sens de ce que je traverse actuellement. J’évoqué avec une amie ce qui était dure pour l’instant. Je lui parlais depuis le confort de mon bain, de puis mon refuge, mon espace de sécurité. Et là, quelque chose à basculé. J’ai commencé à bafouiller, à trébucher dans mes idées, à perdre la route de mes pensée.

L’eau était devenue piquante. Je n’ai pas compris comment. Mais là, d’un coup, ma peau à commencé à piqué, mon torse était comme transpercé par des milliers d’aiguilles. J’étais là, balbutiante, essayant de m’accrocher à l’idée de ce que je disais dans mon message audio mais j’étais perdue.

L’écrire me rend nerveuse.

J’ai eu l’impression que l’eau remplissait mes poumons, qu’elle venant s’infiltré dans toutes mes alvéole pulmonaire.

J’étais perdu.

Surtout, j’étais toute, toute, toute petite. Je n’avais plus mon corps d’adulte. J’étais toute minuscule.

Il me faudra encore du temps pour comprendre et rejoindre le souvenir en question.

Articles similaires

Partagez ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.